Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Accueil

Dimanche de la santé : et vous ?

Témoignage : une dernière visite pour cette après-midi...

Quand :
Du Dimanche 14 au Samedi 20 fév

Les équipes de bénévoles qui visitent les malades et qui animent l'aumonerie de l'hôpital de Valenciennes nous invitent en ce dimanche de la santé 2016, à écouter les cris des malades, et de leurs proches, et de donner un peu de notre écoute, de notre temps, à ceux qui ont besoin de nous ! 

Ils témoignent aussi de ce qu'ils reçoivent dans ces visites, ou le visiteur devient visité. 

 

Voici un témoignage émouvant qui vous donnera peut être envie d'en savoir plus sur ce que vous pouvez faire pour nos malades (contact aumonerie-chv@ch-valenciennes.fr )

 

Une dernière visite pour cette après midi…

Allez, encore une personne…

Je regarde ma montre après avoir visité 4 malades,

Et je frappe, à la demande du soignant, à la porte de Magda.

Je me présente : Sabine, bénévole de l’aumônerie.

« Oh, une volontaire… ! » me dit-elle avec un grand sourire.

« J’aime les volontaires ! Merci de venir me voir ».

Elle se lève alors précipitamment de son lit, déplie une chaise pour que je m’y installe

et se recouche assez excitée.

Je suis intriguée. Qu’entend t elle par ce terme « volontaire ».

Qui est cette personne ? Qu’a t elle à me partager ?

Je comprends que je suis l’invitée !

D’emblée, elle me fait deviner son origine par son accent. Polonaise ?

 Non, Hongroise. Française depuis fort longtemps, dit-elle fièrement :

Je voulais pleinement m’intégrer à notre pays d’accueil.

« Pourquoi j’ai quitté la Hongrie ? 23 octobre 1956, la révolution contre le communisme.

Nous avons dû fuir car nous étions tout le temps espionnés.

Nous avons pu passer la frontière de nuit, mon mari, mon fils de 17 mois, une femme et son enfant de 4 ans qui essayait de rejoindre son mari, grâce à un homme extraordinaire (un volontaire, comme vous ! Quelqu’un l’a dénoncé. Il a été pendu, je l’ai appris plus tard.

Il avait 4 jeunes enfants).

Nous avons pu arriver dans un camp de réfugiés en Autriche, puis après des mois d’attente, nous avons appris que la France pouvait nous accueillir.

Nous sommes ainsi arrivés à Montbéliard, et nous avons su que mon mari pourrait travailler

Dans le Nord, à la mine, et que nous serions logés et payés.

Oui, merci de nous avoir permis de vivre. » Vivre, et mieux vivre.

Magda n’a que cela en tête. Immédiatement elle se fait envoyer un livre pour apprendre

le français, et affiche sur les murs de son baraquement les nouveaux mots appris.

« Ca va » doit vouloir dire « bonjour » apprend t elle le premier jour à son mari.

Puis, dès qu’elle a pu, elle a passé son permis de conduire, ce qui lui a permis quelques années après d’aller en Hongrie revoir les siens, en voiture.

Depuis Juin 1957, elle a toujours habité dans les « camus »,

ici, dans le valenciennois. Son mari a travaillé dur :

« Toutes les bouchées qui nous nourrissaient, c’était grâce à la sueur de son front »,

Insiste-t-elle énergiquement.

Aujourd’hui, Magda est hospitalisée, pour la première fois à 83 ans.

Elle est malade et appréhende les résultats des nombreux examens qu’elle subit.

 « Ce doit être la fin pour moi maintenant ».

 « Avez vous écrit votre histoire? Pour vos petits enfants ? »

Elle reste rêveuse… « Je vais demander au médecin l’autorisation de retourner chez

Moi.48 h pour finaliser des papiers.

Je veux laisser les choses en ordre pour mes enfants, et puis… oui, si je peux, si je suis encore sur cette terre quelques temps, pourquoi pas témoigner par écrit de ce qu’a été ma vie».

Je suis restée auprès de Magda un peu plus d’1h30, sans voir le temps passer, accrochée à ses

paroles, à ses humeurs, à ses souvenirs.

« Vous m’avez fait passer une merveilleuse après midi. me dit-elle, Merci ».

Merci à vous Magda, pour votre reconnaissance à la vie.

C’était une fois encore une rencontre émouvante et inattendue…

 

 

Yves nous a fait aussi l'amitié de son témoignage lors de la Journée Santé ce 14 février 2016 à Saint-Géry qui éveille notre attention aux familles et aux proches du malade

 

Comme le disait l’abbé Membré, lorsque la maladie survient, elle touche non seulement la personne, mais aussi l’environnement de sa personne : ses proches, conjoint, enfants, parents…

Nous les rencontrons fidèlement auprès des malades où ils s’efforcent de faire bonne figure (quelle que soit la gravité de l’évènement), mais aussi dans le couloir – au moment des soins… ou quand le personnel fait la toilette du malade…  Certains viennent de loin, et  quotidiennement… avec des routes parfois difficiles…

Dans le couloir, lorsque nous les abordons, c’est là qu’apparaît parfois la peur de l’avenir, l’angoisse du lendemain, les difficultés de tous ordres qu’on peut imaginer…

Il faut attendre… Attendre… en se posant ces questions : Va-t-il guérir ? Peut-il guérir ? Où va-t-on le mettre en convalescence ? Qui va le prendre en charge demain, et après ???

Quel bouleversement ! Pouvoir dire sa peine… C’est alors que sont importants la présence des bénévoles de l’Aumônerie, leur écoute… nos pauvres mots, et aussi notre prière…
Quand je reviens de la visite des malades, à chaque fois, je m’arrête un temps à la chapelle…  

 

Yves - 12/02/2016

 

 

Enfin, découvrez en pdf joint la prière proposée pour ce dimanche... à prier sans modération! 

 

 

Article publié par Apolline Delplanque • Publié Dimanche 14 février 2016 • 707 visites

Télécharger le fichier PDF "Aumonerie catholique" (775 Ko)
contenu du fichier
Télécharger le fichier PDF "Recto applat" (2.1 Mo)
contenu du fichier

Reportages

IMG_3056

Diacre, rôle et missions Le 14 novembre, une rencontre avec témoignages était proposée sur ce thème à la maison paroissiale.

Jean Michel sous la protection de son st patron

St Michel quelques lignes et photos pour relater le magnifique temps offert en cette très claire église St Michel de Valenciennes. Après Marie, les anges ont régné sur Valenciennes.

Prochainement

Vente Carmel

Vente expo de Noël au Carmel de St Saulve Découvrez le savoir-faire des monastères à travers une large gamme de produits du 10 au 19 novembre

IMG_1641

Ordination Benoit DALLE comme diacre permanent Le 25 novembre à 15 h à l'Eglise Saint Géry

La feuille paroissiale de cette semaine

Feuille paroissiale du 12 novembre 2017 Veillez comme autour du feu de veillée.

13/11/2017

Haut de page