Le temps des voeux

Les vœux pas comme les autres du père Bruno Callebaut réclamé par ses paroissiens... à consommer sans modération !


le Dimanche 08 jan 2017

Vœux de Nouvel An

(adaptés d’un texte de L. Versteylen S.J.)

Qu’en cette nouvelle année les enfants aient beaucoup de temps pour jouer,

Des endroits et des cabanes où s’isoler, de l’espace pour partir à l’aventure et faire des découvertes,

Des écoles où ils aiment aller et des chez soi où ils aiment autant rentrer,

Des maîtres et des maîtresses qui ne les grondent pas pour avoir colorié leur arbre en orange et les îles en bleu, qui leur montrent dans la cour les hirondelles avant de leur en apprendre l’orthographe avec un « h » initial et deux « ll »

Des parents souvent à la maison et qui leur donnent des réponses à leurs nombreuses questions, qui leur disent plutôt « on va jouer ensemble »  que « va-t’en jouer », et qui ne répondent pas tout le temps « parce queee… » quand ils demandent « pourquoiiii ? »

Qu’ils aient des petits canards jaunes dans leur baignoire et des peluches pour confier les petits secrets

Un bisou à chaque coucher mais avant cela le conte du soir, avec des histoires où la gentille princesse a toujours la partie belle contre le méchant ogre.

Pour les jeunes

Qu’en cette nouvelle année les jeunes avancent en science et en savoir-faire, pour aider à construire un monde beau et moins mortel,  qu’ils puissent maîtriser autant la musique que la technique, la danse autant que le sport, l’humour autant que la solidité du sérieux

Que leurs teufs redeviennent des fêtes, mais qu’ils découvrent aussi la force du jeûne et de la sobriété

Qu’ils ne regardent pas trop dans les miroirs de l’égocentrisme, mais à travers les fenêtres de l’ouverture des autres

Qu’ils continuent à jouer avec leurs petits frères et sœurs et visitent leurs grands-parents

Qu’ils puissent expérimenter leur croissance comme une grâce sans tomber dans le péché de la précipitation, sans scrupules anxieux mais aussi sans le risque de la blessure de soi et des autres,

Qu’ils osent la tendresse, parce que la tendresse demande de l’audace

Que chaque rencontre de l’autre soit non pas une intrusion mais une découverte respectueuse

Qu’ils n’aient pas peur de la rencontre nouvelle, mais qu’ils gardent fidèlement leurs amitiés anciennes

Qu’ils avancent avec leurs nouvelles connaissance et relations, mais qu’ils vivent une amitié renouvelée avec leurs parents

Qu’ils n’aient pas peur de descendre dans les profondeurs intimes d’eux-mêmes, pour s’apprivoiser aussi avec leurs limites et défauts ; les gens en paix avec eux-mêmes apaisent aussi les autres

Qu’ils ne fuient pas l’intériorité et la méditation, seuls les gens avec une intériorité peuvent se tourner vers l’extérieur

Qu’ils soient vigilants dans un monde qui ne cherche qu’à les tromper et à les endormir, qu’ils sachent résister dans un monde de découragement et de résignation

Pour les adultes

Qu’en cette nouvelle année les adultes restent préservés de toute routine et de fatigue, qu’ils continuent à  être les compagnons de jeu de leurs enfants, qu’ils puissent offrir aux jeunes des perspectives d’espérance

Que leurs regards rayonnent de courage et de vitalité

Qu’ils transmettent avec bienveillance et patience leurs acquis, sans exiger des jeunes d’emblée le maximum de ce qu’ils ont eux-mêmes conquis progressivement

Qu’ils puissent initier les jeunes avec délicatesse et respect aux merveilles de la vie et de la mort, des corps et de l’amour, de la joie et de la peine, qu’ils puissent leur faire voir clair dans ce qui nous meut au plus profond dans le meilleur, pour y avancer, comme dans le pire, pour s’en débarrasser

Que dans la lutte parfois dure pour l’existence ils soient déterminés mais jamais aigris, qu’ils ne cherchent pas à être des modèles de perfection, mais des modèles de vérité et de sérénité face aux limites qu’on se découvre, qu’ils enseignent à dépasser les découragements

Bref, que dans ces temps durs ils montrent aux jeunes que cela en vaut toujours la peine de se dépasser et de quitter l’enfance pour devenir adulte

Pour les aînés

Qu’en cette nouvelle année les aînés ne soient pas dans la solitude, qu’ils aient l’occasion de transmettre leur bonté et leur sagesse à leurs enfants et aux enfants de leurs enfants

Qu’ils soient bien entourés de leurs proches, que leurs histoires même souvent répétées trouvent des auditoires, qu’ils aient des visites aux jours fixes et impromptues, même si on n’y dit pas grand-chose

Qu’ils puissent recevoir de la consolation, même si leurs larmes sont épuisées, des câlins même si leur peau s’est raccornie, qu’à travers les obstacles de leur surdité ils puissent encore entendre des mots doux et des bonnes nouvelles, qu’ils soient invités à la danse malgré les arthrites

Que personne ne leur souhaite leur mort, même si eux-mêmes la réclament quelquefois

Que jusque dans leurs fêtes ultimes ils aient la place d’honneur, assis dans les sièges de la gratitude entourés de tous ceux qui ont de la reconnaissance pour tout ce qui a été reçu de leur part…

Bonne année !

Père Bruno Callebaut

 

 

Article publié par Apolline Delplanque • Publié Dimanche 08 janvier 2017 • 708 visites

keyboard_arrow_up